ZAINA M’ DÉRÉ : Le Déni de Commémoration (Vidéo…) – par Yasmina Aouny

..le M’ze : Younoussa Bamana

LE DENI DE COMMÉMORATION…

Dans un discours de mars 1978, que Zaidou Bamana a mis en avertissement dans son livre « Le choix du refus », le M’ze a déclaré ceci:

«  Il m’arrive de constater que souvent les plus jeunes d’entre nous connaissent mal l’histoire récente de Mayotte et que leurs aînés l’ont quelques fois oubliée.

Pourtant, pour mener à bien le développement de Mayotte, nous n’avons pas le droit d’oublier notre passé commun, d’oublier que la révolte mahoraise est née il y a vingt ans contre l’injustice qui nous frappait, d’oublier que Zakia est morte en 1969 pour s’être insurgée contre la lâcheté, d’oublier que le village d’Acoua a relevé l’un des siens morts et trois blessés le 19 février 1973, d’oublier que, le 27 juillet 1973, 19 habitants de Poroani étaient inculpés et condamnés par les magistrats à la solde de Moroni, d’oublier que j’étais moi-même arrêté et emprisonné deux semaines plus tard pour avoir commis le crime d’avoir mérité votre confiance (….)

Ces luttes communes, nous ne devons pas les oublier, car c’est dans notre expérience que nous puiserons les enseignements qui nous permettent de conduire le développement de notre pays. « 

Ce discours sonne, en ce samedi 27 octobre 2018, comme une triste prémonition.

Les mahorais ne se rappellent plus de rien pour ceux qui, un jour, savaient leur histoire , et les jeunes, qui représentent la moitié de la population mahoraise, ne savent rien de l’histoire de cette île.

Nous en sommes arrivés au stade où certains déclarent que les mahorais n’existent pas, pendant que d’autres encore s’interrogent sur ce qu’est un mahorais.

La commune de Pamandzi, qui a vu naître et mourir La Bweni Zena n’organise rien aujourd’hui en hommage à sa vie et le département l’a tout simplement oubliée.

Ce jour est d’une tristesse absolue

Si on ne commémore pas et que donc, on ne questionne pas notre expérience passée, si on n’apprend pas aux générations futures nos grandes figures du passé, nos grands combats, nos grandes victoires, quels citoyens produira donc cette société mahoraise ?

Un citoyen sans passé, qui ne vit que dans le présent et ne connaissant que les passés des autres ? 

Badi Tsa Hashiri…

RA HACHIRI

Partagez cet article

le 27 Octobre 2018

SIGNEZ  LA PÉTITION ICI…

E_mail: contact@francemayotte.fr

 

21 pensées sur “ZAINA M’ DÉRÉ : Le Déni de Commémoration (Vidéo…) – par Yasmina Aouny

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WhatsApp chat